logo

Monthly Archives: janvier 2018

27 Jan 2018

Bolloré: les poursuites et le bâillon

Vendredi, la défense des médias, Le Point, L’Obs et Mediapart, ainsi que des ONG Sherpa et ReAct ont remporté une bataille décisive. La magistrate représentant l’accusation a demandé la relaxe au bénéfice des journalistes et des ONG. Les prévenus, a-t-elle rappelé, se sont contentés de relayer les revendications des paysans sur une base suffisante. Ils ne leur revenaient donc pas d’apporter la preuve qu’il y avait eu « accaparement » mais de prouver leur « bonne foi » lorsqu’ils s’étaient fait écho de cette accusation. Un classique du droit de la presse qui conduit souvent à relaxer les journalistes devant la 17ème chambre correctionnelle.
>Lire l’article


25 Jan 2018

Des journalistes et des ONG dénoncent des « poursuites bâillons » de la part du groupe Bolloré

Des sociétés de journalistes (dont celle du Monde), des journalistes et des organisations non gouvernementales (ONG) dénoncent, dans une tribune publiée mercredi 24 janvier, les poursuites systématiques dont ils font l’objet quand ils s’intéressent aux activités du groupe Bolloré, notamment en Afrique.

La publication de cette tribune survient alors que doit avoir lieu, ce jeudi, un procès qui oppose trois publications (Mediapart, L’Obs, Le Point) et deux ONG (Sherpa et ReAct) à la holding luxembourgeoise Socfin. Cette société, propriétaire de plantations en Afrique et en Asie, dont le groupe Bolloré détient un peu plus de 38 % du capital, les accuse de diffamation.
>Lire l’article


12 Jan 2018

Gallimard renonce à publier les pamphlets de Céline

Serge Klarsfeld, en revanche, est certain que le projet ne verra pas le jour. « J’interprète le communiqué de Gallimard, explique-t-il au Monde, comme une renonciation totale. Et j’en suis soulagé. Aucun appareil critique, peu importe sa nature, n’aurait changé quoi que ce soit. Les gens ne s’intéressent pas aux notes de bas de page. » L’avocate de l’association de M. Klarsfeld, Léa Forestier, consultée par Le Monde, partage cette interprétation : « La décision de Gallimard crée une situation qui rendra tout retour impossible avant des années. » Mais l’affaire n’est pas terminée pour autant, ajoute-t-elle. « Les pamphlets constituent un délit incontestable d’incitation à la haine raciale. » A ce titre, elle envisage des poursuites contre tous ceux qui les diffusent sur Internet, en particulier les libraires en ligne, tel que le géant Amazon. « Nous étudions tous les moyens juridiques », conclut-elle.
> Lire l’article